lundi 21 décembre 2015

L'hiver: fichier d'activités à imprimer

Voici un petit dossier de graphisme, dans la lignée des précédents .
Après l'automne, Noël et le Pôle-Nord, les petits vont s'amuser sur l'hiver.
Encore une fois, je l'ai créé pour mes propres enfants de 3, 5 et 7ans; en espérant qu'il plaise aux vôtres.

Une vingtaine de pages pour découvrir le conte original d'Andersen "La reine des neiges", pour dormir avec les animaux qui hibernent, skier, patiner, accompagner une cigogne vers l'Afrique, nourrir les oiseaux qui restent ou encore compter avec le chef les provisions d'hiver…

Le fichier est protégé par les droits d'auteur; merci d'avance de ne pas le partager sans faire de lien vers ce site.

Je souhaite une très belle saison aux grands et aux petits Homeschoolers!


Pour télécharger le fichier d'activités, c'est par ici: 


Plus de fichiers à imprimer:

vendredi 18 décembre 2015

Charlotte Mason: Quels supports pour la narration?

J'ai pleinement réalisé récemment l'apport de la narration. Emballée par les préceptes de Miss Mason, j'étais déjà convaincue par cet exercice, mais je n'avais pas énormément d'attentes à son égard. Lire puis laisser l'enfant raconter.... en apparence c'est si simple, presque anodin! Je comprends maintenant, après plusieurs années de pratique, à quel point la narration est essentielle. 

Cet exercice est le plus difficile et le plus complet qui soit. Il fait travailler la mémoire plusieurs fois par jour, habitue les enfants à se concentrer, à organiser leur pensée, à classer des éléments par ordre d'importance, à restituer un récit de façon chronologique, à prendre la parole debout face à une petite assemblée... en plus d'enrichir considérablement leur vocabulaire et leur culture générale. Il remplace les quizz, fiches de lecture, questionnaires de compréhension et autres évaluations: avec la narration non seulement l'enfant mémorise, mais on sait parfaitement ce qu'il a retenu et où il en est de ses apprentissages. 

Sans être pour autant au centre de la pédagogie Charlotte Mason, il en est une composante essentielle dans de nombreuses matières et les enfants sont habitués désormais à travailler ainsi. Ils sont aujourd'hui capables de restituer un récit de plusieurs pages dans ses moindres détails, après une seule lecture et sans prise de notes.


Help! Je ne sais pas par où commencer!

Voici quelques principes de base: 

-La narration, en quelques mots, c'est: l'adulte lit un extrait littéraire puis l'enfant le raconte à haut voix. 

-C'est un exercice difficile, donc prohibé avant six ans. Commencé trop tôt il risquerait de braquer l'enfant. Charlotte recommandait de ne pas formaliser les apprentissages académiques avant l'âge de six ans, et cela vaut dans tous les domaines: si un petit veut raconter son livre ou sa journée spontanément, tant mieux: on l'écoute. Mais on ne devrait jamais lui demander de le faire (oui, c'est dur!). 

-Charlotte demandait aux parents et aux précepteurs de faire cet exercice eux mêmes avant de l'instaurer dans leur quotidien, pour comprendre son fonctionnement et ce qui peut poser problème. 

-Jusqu'à neuf ou dix ans, c'est toujours l'adulte qui fait la lecture à voix haute avant de laisser l'enfant raconter. Au delà de cet âge on peut laisser les enfants lire silencieusement avant la narration. 

-On ne lit qu'une seule fois. L'enfant sait qu'il n'y aura aucune seconde lecture: il doit s'habituer à tout retenir du premier coup. S'il ne se souvient de rien au début tant pis: on passe à autre chose et on recommence avec un autre récit tous les jours, jusqu'à ce qu'il se familiarise avec l'exercice.

-Ce sera très approximatif au début: c'est normal. Pour aider l'enfant qui ne sait pas par où commencer, on peut, au début, l'orienter avec de petites questions. 

-Quand plusieurs enfants ont suivi la lecture on divise le récit et les enfants se succèdent pour en faire la narration: l'un prendra le début, le second le milieu, et le dernier la fin. Personnellement je tire au sort l'ordre de passage. 

-La narration est toujours orale avant dix ans. On peut ensuite demander des narrations écrites, mais en ne délaissant jamais l'exercice de la narration orale. 

-L'idée n'est pas de réciter mais de restituer tout ce que l'on a retenu d'un récit pour se l'approprier.

-La narration orale a lieu debout, face à l'auditoire. 

-Une narration n'est jamais corrigée. L'enfant peut être repris toute la journée pour ses fautes de français, mais pas durant la narration: il doit s'habituer à prendre la parole seul et à raconter une histoire face à une assemblée qui l'écoute en silence. Si un gros défaut a besoin d'être corrigé (mains dans les poches, triturage de cheveux, "euuuuuuh" etc... : penser à en faire le rappel avant la narration, pas pendant).

-En revanche on peut encourager par des sourires, des hochements de tête... et des félicitations à la fin! Ici nous avons pris l'habitude d'applaudir: les petits adorent!

-Une fois par trimestre, Charlotte Mason demandait des "narrations orales de synthèse". Elle donnait un sujet dans chaque matière, et attendait de l'enfant qu'il mobilise toutes ses connaissances et organise une longue réponse structurée et argumentée avec de nombreux exemples. C'est une khôlle de prépa adaptée aux plus jeunes: cela lui permettait de se faire une idée du niveau de chacun et d'évaluer la progression, tout en exerçant les enfants à organiser leur savoir.

Pour toutes les matières? 

Dans une instruction Charlotte Mason, la narration n'est pas présente dans toutes les matières (elle est absente en poésie, écriture, copie, grammaire, langues étrangères, histoire de l'art, musique et mathématiques). La narration seule ne suffit pas, l'enfant a aussi beaucoup besoin d'écrire. Mais c'est une composante essentielle en:
- histoire, 
- géographie, 
- Bible, 
- sciences 
- et littérature/ culture générale. 

De quelle longueur devrait être l'extrait lu? 

On le voit vite à l'usage! Très court au début, il s'allonge avec les années. Si l'enfant bloque complètement, ne pas hésiter par commencer avec une seule phrase. Charlotte Mason conseillait de ne pas excéder 15 minutes de lecture et 15 minutes de narration. 

Quels supports choisir pour la narration? 

Tous les living books sont appropriés à cet exercice. Mais pour commencer, il vaut peut être mieux opter pour de courts contes ou fables. 

Sur les chemins de France par exemple est un excellent recueil de petits contes découvert grâce aux cours Sainte Anne. 

Usborne édite de très beaux livres sur la Bible, sur les mythes grecs et nordiques, les grands ballets... 


Par ailleurs je n'ai ni action ni partenariat avec la librairie des écoles (ni avec aucune marque d'ailleurs) mais les petits homeschoolers et moi sommes absolument fan de leur série de beaux livres. Ils sont tout simplement parfaits: une page = une narration. Les illustrations sont somptueuses, les récits captivants, et les anecdotes bien choisies. 


Et chez vous, avez-vous mis cet exercice en place? 
Comment se passent les narrations? 

samedi 5 décembre 2015

Préparer Noël avec des petits

Il m'arrive régulièrement de fureter sur les groupes d'enseignants, en quête de bonnes idées. Je suis surprise par l'énergie qui y est déployée pour trouver "des bricolages vraiment originaux", des chants "qui changent de vive le vent!" et des contes "tout sauf traditionnels". 

Charlotte Mason avait des idées que j'aime beaucoup sur ce point. Les fêtes de Noël, comme la nature d'ailleurs, ne sont pas nouvelles. Pour nous c'est du "déjà vu": il neige depuis des milliers d'années, et ce sera notre énième Noël, notre trentième crèche et notre cinquantième sapin. Mais l'enfant, lui, est nouveau! En prenant de l'âge on a tendance à chercher de la nouveauté et à oublier que l'enfant, lui, n'a pas eu le temps de se lasser de ce qui nous émerveillait jadis. Je pense que c'est en grande partie ce qui motive le système scolaire à renouveler sans cesse ses programmes. D'une année sur l'autres enfants sont différents, mais les enseignants, eux, sont toujours les mêmes. Quand nous cherchons de nouvelles méthodes, de nouvelles idées d'activités ou encore de nouveaux jeux pédagogiques... ce n'est pas toujours parce que les précédentes ne fonctionnaient pas. C'est la plupart du temps parce que nous, adultes, avons envie de changer. Parce que nous sommes à l'affût de la dernière mode, bonne ou mauvaise. 

J'ai décidé, et la pédagogie Charlotte Mason m'a beaucoup aidée sur ce point, de cesser de courir après la dernière nouveauté: pour l'enfant tout est nouveau! De mon côté j'essaie de porter un regard neuf sur ces petites traditions. Nous n'avons pas besoin d'innover sans cesse: la simplicité est rassurante, reposante, et les vieilles traditions sont un lien entre les générations. En cette difficile fin d'année 2015 elles sont plus nécessaires que jamais parce qu'elles nous rassemblent autour d'une culture commune. 

Alors pour préparer Noël, comme chaque année, nous avons sorti la crèche provençale et décoré un grand sapin. 


Les petits m'aident un peu chaque jour à choisir ou confectionner les présents, puis à les emballer en secret, en imaginant la joie de celui qui ouvrira le paquet. 

Nous écoutons et apprenons des chants traditionnels qu'ils pourront chanter en coeur avec leurs arrière-grand-parents le soir de Noël: Minuit Chrétien, Il est né le divin enfant, Mon beau sapin, Vive le Vent, Douce nuit...


Nous relisons la Bible. 


Sans oublier de ressortir tous ces jolis contes et albums de Noël sur les trolls, lutins, petites marchandes d'allumettes, casse-noisettes et autres ours généreux. 


Nous veillerons à ce que le Père-Noël ne sorte pas trop des contes de fées. Sans pour autant en faire un tabou, nous ne leur faisons pas croire en son existence réelle. La magie de Noël n'a pas besoin de listes de "je veux tel et tel jouet": je préfère qu'ils se préoccupent de ce qu'ils vont offrir aux autres plutôt que de savoir si leur commande sera ou non honorée par un bonhomme imaginaire. Et surtout... je ne prends pas de plaisir à m'amuser de la crédulité des enfants: je préfère me réjouir avec eux de la vraie beauté de Noël. 

Nous découperons la crèche, les anges et les jolis ronds de serviettes du dossier sur Noël

Nous cuisinerons pour nous réchauffer des sablés, du pot au feu, de la brioche, du vin chaud (et sa délicieuse version pour enfant), tout en songeant au repas du réveillon et à son champagne, ses huîtres, son foie-gras,  sa dinde, sa bûche... 

Et les bonhommes de pain d'épice offerts aux voisins et à toute la famille auront cette année encore la bouche qui dégouline et les yeux de travers, mais ils feront la fierté de leurs petits pâtissiers. 


A tous, je vous souhaite une magnifique période de l'Avent avec vos enfants. 
Dans la simplicité et dans la joie.