lundi 27 janvier 2014

L'enfant et l'ennui.

Je reçois de plus en plus de mails me demandant quelles activités j'organise pour parvenir à remplir 365 journées par an. Avec l'école à la maison, il est assez amusant de constater que ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent, et après les interrogations sur la socialisation, viennent celles sur l'ennui… ou plutôt la hantise de l'ennui.

L'école à la maison ne nous prend que trois heures par jour, laissant énormément de temps libre l'après-midi. Durant ces demi-journées de liberté, il m'arrive souvent de ne rien organiser. 


Je pense que beaucoup d'enfants se plaignent d'un manque d'activités parce qu'on ne les laisse pas apprendre à s'ennuyer. Les moments d'ennui ne sont pas forcément une perte de temps; au contraire ils sont nécessaires pour apprendre à se poser et à réfléchir. 
Si je laisse volontiers les enfants "s'ennuyer", en revanche je veille toujours à ce qu'ils aient à leur disposition de quoi s'occuper par eux-mêmes de façon productive.


J'en ai fait les frais plusieurs fois, mais je persiste: ils ont toujours à disposition de la peinture, des pastels, des crayons de toutes sortes, des palettes d'aquarelle, des feuilles et cartons, une caisse d'instruments de musique, un baril de briques de lego, de la pâte à modeler… et surtout des montagnes de livres (A la maison, d'année en année les bibliothèques couvrent de plus en plus de murs, et je pense qu'il n'y en aura jamais assez). 

Les enfants peignent et lisent donc plusieurs heures par jour, librement. Dans le fond, je crois que c'est l'aspect de l'école à la maison qui me plaît le plus: cette débauche de temps libre pour lire et s'inventer des histoires.


Il ne s'agit pas de les laisser livrés à eux-mêmes sans rien à faire ou pire, végéter devant un écran de télévision. Il s'agit de veiller à ce que l'enfant soit suffisamment nourri intellectuellement -par ses rencontres, ses voyages (réels ou littéraires), ses découvertes culturelles- et qu'il ait assez de matière première à sa disposition pour apprendre de lui même à mettre son ennui à profit.

Et je ne cesse de m'émerveiller en constatant qu'une personne qui a appris à s'ennuyer trouvera toujours de quoi créer, pourvu qu'elle baigne toute entière dans un environnement aussi foisonnant que possible.

Pour le penseur et pour l'esprit inventif, l'ennui est ce « calme plat » de l'âme qui précède la course heureuse et les vents joyeux ; il leur faut le supporter, en attendre les effets à part eux : voilà précisément ce que les natures inférieures n'arrivent absolument pas à obtenir d'elles-mêmes ! Chasser l'ennui à tout prix est aussi vulgaire que travailler sans plaisir.
Nietzsche. Le Gai Savoir.

samedi 25 janvier 2014

Nouveau projet de loi sur la scolarisation obligatoire.

Un nouveau projet de loi a été déposé au sénat afin de limiter l'instruction en famille à de rares cas de force majeure.
Aujourd'hui, si l'instruction est obligatoire pour tous les enfants de 6 à 16 ans, les parents français ont la liberté de choisir entre école sous contrat, école libre hors contrat, ou instruction "en famille" dispensée par la personne de leur choix (qu'il s'agisse d'un parent ou d'un précepteur).


Le coût de ce projet de loi 

Etant donné qu'une scolarité annuelle s'élève en moyenne à 7000€  par élève, ce projet de loi, s'il était adopté, coûterait au contribuable français la bagatelle de:
40 000 élèves supplémentaires x 7000€ = 280 millions d'euros… par an.

Sur dix ans, ce projet de loi sur la scolarisation obligatoire de tous les enfants de six à seize ans coûterait donc près de trois milliards d'euros.


Est-ce vraiment nécessaire?

Ce projet de loi stipule:
"L'un des buts de la scolarisation de l'enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective, qui lui permette de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge et de rendre son développement plus harmonieux."
Monsieur Portelli ne pourra pas citer la moindre étude permettant d'étayer son affirmation puisqu'il n'en existe aucune. Aucune étude n'a jamais dénoncé de troubles sociaux chez les enfants instruits en famille.
Seuls les Etats-Unis disposent de statistiques complètes et éclairantes: une fois adultes, les homeschoolers obtiennent en moyenne de meilleurs résultats en communication, socialisation, et maturité. Ils sont aussi plus impliqués dans la vie associative, font des études supérieures plus longues, ont une meilleure compréhension de la politique, et lisent davantage.


"(L'éducation à domicile par la famille) ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux."
Concernant le préjugé sur la motivation religieuse, une étude réalisée aux USA lors du recensement a démontré qu'elle était largement minoritaire, et que la principale raison poussant les familles à opter pour l'instruction en famille était le souci d'offrir une éducation de meilleure qualité à leurs enfants.

Je suis convaincue qu'une étude similaire, si elle était réalisée en France, donnerait exactement les mêmes résultats. Soyons clairs: je suis croyante, mais l'offre en France d'écoles confessionnelles est suffisamment large pour que la religion ne soit pas la raison de mon choix éducatif.

Agiter l'épouvantail consensuel des dérives sectaires, c'est méconnaître une donnée fondamentale: les familles non scolarisantes sont bien plus contrôlées que les familles scolarisantes et que les enseignants de l'éducation nationale.


La mairie effectue des contrôles au domicile tous les deux ans, afin de vérifier les motivations des parents ainsi que le cadre de vie de l'enfant; et un second contrôle annuel est réalisé par un inspecteur d'académie, afin de s'assurer que l'enfant bénéficie d'une instruction suffisante.

A titre comparatif, les enseignants de l'éducation nationale ne sont inspectés que tous les cinq ans en moyenne. Ils sont même en droit de refuser d'être inspectés: c'est facultatif.
Les familles scolarisantes quant à elles ne le sont jamais, sauf signalement.

Et l'école?

Si de plus en plus de parents font le choix de déscolariser leurs enfants, c'est aussi parce que grâce aux classements internationaux l'éducation nationale française ne peut plus nier ses mauvais résultats.

Plutôt que de débourser 280 millions d'euros annuels pour scolariser de force les enfants qui sont actuellement instruits en famille avec succès… pourquoi ne pas concentrer les efforts sur l'urgence de la refondation de l'école?

Il y a fort à faire pour redonner le goût d'apprendre aux élèves, pour atténuer le déterminisme social renforcé par l'école, et pour moderniser les pratiques éducatives.

L'urgence est là: elle n'est pas dans la répression idéologique mais dans l'action.


Pour agir, une pétition contre ce projet de loi est actuellement en circulation. La signer et la diffuser, c'est montrer que nous tenons à un droit que nous avons toujours eu en France: la liberté de choisir l'instruction que nous pensons être la meilleure pour nous enfants.

lire aussi: faut-il interdire l'école à la maison?

vendredi 24 janvier 2014

école à la maison et inspection

C'est notre troisième année d'école à la maison, mais c'est la première année que j'ai un enfant en âge d'obligation d'instruction.
Et nous n'avons pas échappé au premier contrôle, cette après-midi, par une inspectrice de l'éducation nationale. J'avais assez peu d'inquiétudes: mon fils a un an d'avance, et un très bon niveau par rapport à ce qui se fait dans les écoles.

L'inspection


Avec plus d'une heure de retard, "parce que la secrétaire état malade et qu'elle n'avait pas transmis le rendez-vous" (Nul doute, j'ai bien affaire à l'éducation nationale, fidèle à elle-même, me voici rassurée), une charmante inspectrice s'est présentée à notre domicile.

De nombreuses questions sur les raisons pour lesquelles nous avons fait ce choix ont précédé un examen minutieux, matière par matière, du contenu des cahiers et livres de mon petit garçon.

Beaucoup de questions sur ses loisirs, ses activités "extra-scolaires", s'il a une chambre individuelle ou pas, s'il participe aux corvées, ce qu'il lit, mon niveau d'études et leur consistance, la profession de mon mari, nos différentes résidences, les prénoms et âges des frères et sœurs, les activités de la fratrie, le déroulement de mon planning hebdomadaire, s'il fait bien de la musique et un sport collectif, s'il fait bien de la généalogie (!), l'implication de mon mari dans la famille, quelles sorties pédagogiques nous faisons, quels outils informatiques nous avons, à quelle association de défense de l'ief j'adhère, si j'élève des animaux, si je côtoie d'autres familles Ief, si je suis active dans une association,…
Le tout soigneusement consigné au fur et à mesure par informatique.

Nous avons des cours par correspondance, la loi voudrait donc que l'inspection se limite à la seule vérification que c'est bien mon fils qui remplit ses devoirs.

J'ai donc à plusieurs reprises fait part de mon etonnement face à un questionnaire aussi intrusif. L'inspectrice m'a néanmoins affirmé, dans la continuité des courriers qui l'ont précédée, ne faire aucune distinction entre école à la maison et instruction en famille. Nous avons donc eu le même examen que les familles faisant l'instruction en famille sans cours par correspondance.

Une inspection qui s'est bien déroulée, avec toutefois pas mal de critiques formulées devant mon enfant, sur un contenu jugé "trop dense", "trop rigoureux", des mathématiques pas assez manuelles… Beaucoup de suggestions également sur la manière de faire l'éducation civique, sur l'importance de l'anglais, sur comment ils procèdent à l'école…

Le bilan

Je suis assez mitigée.

Je suis très fière de mon enfant qui ne s'est pas du tout démonté, et qui a répondu calmement aux différentes questions alors qu'il était à 7ans à peine en situation d'examen face à une personne inconnue.

Je regrette cependant de ne pas avoir été plus ferme sur le fait qu'elle venait simplement vérifier que mon fils bénéficiait bien d'une instruction et non pas passer toute son éducation au tamis.
J'apprécie les critiques, elles font avancer.
Mais je ne pense pas qu'il soit acceptable que l'on remette en cause devant mon enfant les méthodes et la pédagogie que j'ai choisies.

Et les enfants scolarisés? 

Je ne trouve pas normal que l'éducation nationale m'impose une obligation de résultat qu'elle ne s'impose pas à elle-même.

Je suis pour les contrôles.
Ils me semble normal de vérifier une fois de temps en temps qu'aucun enfant n'est maintenu dans un état d'ignorance ou de dérive sectaire.

Mais dans ce cas pourquoi s'arrêter aux enfants non-scolarisés?

Dans le cadre scolaire, les inspecteurs évaluent les professeurs, pas les élèves. Si un professeur est mauvais il ne sera pas pour autant retiré et remplacé en cours d'année. Le mauvais prof est un sujet tabou, la plupart continueront à sévir jusqu'à la retraite sans être inquiétés.

Mais alors qui évalue les enfants scolarisés?
Les enseignants se sont toujours majoritairement opposés aux évaluations de leurs élèves; certains réclamant encore plus d'anonymat, d'autres refusant même carrément de faire réaliser les évaluations nationales.
Résultat, quatre écoliers sur dix arrivent en sixième avec de graves lacunes. Aucun inspecteur ne le tolèrerait d'un homeschooler. Et pourtant, pour un enfant scolarisé, ça n'affole personne.

mercredi 22 janvier 2014

Voyage en Angleterre: les mots-croisés à imprimer.

Comme tous les enfants, les miens sont joueurs.
Tout passe, pourvu que ce soit amusant. 
Toujours dans le cadre de notre vrai-faux voyage autour du monde, j'ai imaginé cette grille de mots-croisés pour mon aîné de 7ans. 
C'est réalisable de manière autonome: toutes les réponses se trouvent dans le fichier d'activités sur l'Angleterre



Téléchargeable ici:

mercredi 1 janvier 2014

Club voyage autour du monde en Angleterre: fichier à imprimer.

Le club voyage autour du monde nous comble en nous emmenant ce mois-ci en Angleterre. L'année commencera donc pour nous au son des Beatles, et j'en profite pour vous souhaiter à tous, de tout coeur, a happy new Year!

Notre support est prêt pour le voyage imaginaire: le fichier, d'une vingtaine de pages, nous transportera outre-Manche à la découverte de la Famille Royale, de Richard Coeur de Lion, de Peter Pan, des célèbres Breakfasts… sans oublier Alice, Shakespeare, le tea time ou encore le rugby…
Je l'ai conçu pour mes enfants de 3, 5 et 7 ans, en sachant que la petite coloriera et écoutera surtout les histoires, et que pour mon grand cela servira surtout de trame pour ses propres lectures. 

Le fichier est protégé par les droits d'auteur; merci d'avance de ne pas le partager sans faire de lien vers ce site

Enjoy your trip! 

Pour télécharger le fichier d'activités, c'est par ici:
Télécharger le document L'Angleterre.pdf

En annexe, une grille de mots-croisés pour les plus grands.

Plus de fichiers à imprimer: